maternité·Pensées et Réflexions

Maman a besoin d’une pause

break

Le médecin que j’ai consulté hier m’a dit de prendre du temps pour faire des choses que j’aime. Écrire sur le blog en fait partie et c’est quelque chose que j’ai mis de côté dans les derniers mois. Si vous vous retrouvez dans mes propos, je vous encourage a aller consulter. Aussi difficile que ce soit, plus on attend, pire c’est. 

Maman a besoin d’une pause mon bébé, mais ça n’a rien à voir avec toi. Maman a besoin d’une pause pour se retrouver et rassembler ses compétences personnelles et professionnelles de nouveau. Depuis ton arrivée, la tête de maman est chamboulée. Ses idées ne sont pas toujours claires et elle peine à mettre un pied devant l’autre sans trébucher.

Maman, qui habituellement est positive et pleine de vie, se questionne sur le sens de celle-ci et n’arrive pas à comprendre pourquoi tu l’as choisi. Si tu savais à quel point je fais tout pour m’assurer que tu ne manques de rien et que tu sois le bébé le plus comblé du monde ma princesse, mais pourtant, je n’y arrive pas. J’ai beau te cuisiner les plus beaux plats, m’assurer que tu manges tes nutriments et que tu es active chaque jour, j’ai quand même l’impression que ce n’est pas assez. Si tu savais à quel point je m’en veux quand je t’entends pleurer la nuit et que je n’arrive pas à te consoler. Ajoute à ça le fait que ton médecin et tout le monde autour nous dit que ce n’est pas normal que tu te réveilles autant et tu comprendras que j’ai juste abandonné le combat. J’ai pris sur moi le fait que je dois avoir manqué de jugement à quelque part alors je dois subir le manque de sommeil chronique avec lequel je deal sans arrêt. Maman est fatiguée bébé, mais ça n’a rien à voir avec toi. Je veux que tu saches que quand je pleure doucement en te berçant, ce n’est pas parce que tu me fais de la peine. Maman n’a juste pas la capacité de parler du fait qu’elle est envahi mentalement depuis un bon moment alors ça sort quand la maison est calme et que personne n’est là pour témoigner de ma souffrance. Jamais je ne voudrais que tu souffres à cause de moi et encore moins que tu te sentes responsable de ce que le médécin que j’ai vu hier nomme de  »dépression ». J’aimerais tant que tu vois la maman que je peux être. Celle que j’ai construite dans ma tête et dans mon coeur, mais qui n’arrive pas à se manifester dernièrement car mon corps n’arrive plus à supporter la fatigue physique et mentale qui s’accumule depuis plusieurs mois. J’espère que j’arrive à être là pour toi aussi bien que papa me dit que je le suis. La vérité est que j’ai une vision quelque peu distortionnée de qui je suis. J’ai la vue brouillée et le coeur engourdi par tous les bobos des derniers mois… mais je vais prendre soin de moi ma puce. Pour pouvoir être là pour toi et pour ton papa. Pour pouvoir retrouver qui je suis au travail et ne pas avoir ce sentiment d’incompétence persistant qui navigue au-dessus de ma tête depuis mon retour.  Tu vois ma croquette, maman est une perfectionniste qui tolère très difficilement le fait de ne pas avoir réussi à y arriver. J’ai toujours réussi a exceller dans tout ce que je fais et j’ai toujours tout fait pour arriver à mes fins. J’ai travaillé fort pour en arriver où je suis, mais je ne reconnais plus la femme qui est dans le miroir devant moi et je n’arrive pas à comprendre ce qu’elle devient.

Ton papa me mentionne être inquiet depuis un bon moment et je me suis acharnée à répéter que ça passerait. Que ce n’était que passager. Qu’une fois que les nuits seraient plus longues, j’arriverai à être efficace à mon travail. À ne pas oublier des choses routinières. À demeurer neutre dans les contextes qui l’exigent et à avoir un filtre sur mes gestes et paroles. Que je rattraperais le retard dans mes lectures et mes travaux universitaires. Que je finirais par poster les papiers de divorce qui attendent d’être traités depuis 2012. Que je vivrais mieux le deuil de ma grand-mère. Que la maison serait mieux organisée et que je retournerais finalement les douze appels sur ma liste de rendez-vous et suivis à faire. Mais je dois me faire à l’idée que… maman a besoin d’une pause. Du temps pour se retrouver. Du temps pour accepter que je ne suis pas un échec. Que tout ce que j’ai vécu dans la dernière année est énorme et serait difficile pour n’importe qui…

J’ai de la difficulté à m’arrêter mon bébé. J’en veux toujours plus. C’est incroyablement difficile pour moi d’accepter que j’ai une faiblesse. Une faille dans ma santé mentale. Je suis consciente que ça ne peut pas continuer comme ça. Je ne peux pas pleurer dès que papa s’endort. Je ne peux pas crier sous la douche et faire des list to-do au travail qui ne se réaliseront jamais, car je n’arrive pas à suivre. Le médecin dit que je dois prendre du temps pour moi. Ne pas répondre à mes courriels. Ne pas aller te chercher plus tôt sous prétexte que je suis à la maison. Que papa et maman doivent passer une nuit loin de toi pour pouvoir se reposer. Je dois accepter que je ne suis pas Wonderwoman et que même si tu manges des trucs achetés de temps à autres et que tu portes des couches jetables pendant un moment ce n’est pas la fin du monde. Je dois réapprendre à m’aimer. Ton papa, toi et mon équipe au travail méritez la meilleure version de moi. La femme qui a sa place comme gestionnaire et qui est heureuse. Ce n’est qu’une passe ma chérie. Ça va aller…. mais maman a besoin d’une pause.

img_9804

2 réflexions sur “Maman a besoin d’une pause

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s