maternité·Pensées et Réflexions

Lettre à ma fille

img_6599

N.B. Cette lettre à été écrite avant la naissance de notre croquette :).

Ma chère Lina,

Te voilà maintenant parmi nous. Dans notre maison. 

Je suis terrifiée à l’idée de savoir que je t’ai donné la vie (en grande partie puisque je t’écris cette lettre avant que tu sois née). 

Comme je risque d’être plutôt fatiguée dans les semaines à venir, je trouvais important de mettre sur papier des choses que je tiens à te dire, mais dont j’ignore si j’en aurai l’occasion le moment venu.

Je suis tellement fière de toi ma chérie. Fière de tout ce que tu vas accomplir dans ta vie. Malgré les divergences d’opinion que nous aurons. Malgré le fait que je vais sans doute trouver que tu as beaucoup trop de caractère… On va se le dire, avec la tête dure de ton père et ma tête de cochon, tu risques de te faire un chemin assez solide dans la vie. Ne laisse personne te dire que tu n’as pas ta place ou que tu n’as pas droit à ton opinion. Tu as toute la valeur du monde. Cela dit, ne te laisse jamais prendre au jeu de te considérer supérieure aux autres. Tu as de la chance, tu as choisi de naître dans une famille aisée, où tu ne manqueras de rien et où l’éducation est une valeur prioritaire. Sache que ce ne sera pas le cas de tous les gens que tu rencontreras. J’espère de tout coeur réussir à te faire développer de l’empathie pour eux et une tolérance à la différence. Je te promets de faire de mon mieux, mais sois indulgente… j’en suis à ma première expérience de maman. 

Lina, le monde a besoin de relève pour développer son optimisme. J’espère de tout coeur que tu auras cette lueur en toi. Celle qui t’amènera à vouloir faire un monde meilleur, à ta façon. J’ignore ce que tu deviendras, mais j’ai tant hâte de le découvrir. Je te promets de ne pas te mettre de pression et de te soutenir dans tes choix. Je te promets de boire ta première bière avec toi et de te parler en toute franchise de ce que ça fait d’avoir le coeur brisé tout en te promettant que ce n’est pas une raison de t’empêcher d’aimer. Crois-moi Lina, la dernière chose que je souhaite est que tu repousses l’amour. Tu mérites tout ce qu’il y a de meilleur et je suis convaincue que même si tu feras des choix peu recommandables de partenaire de vie à l’adolescence, tu réaliseras ta valeur et finiras par trouver l’homme parfait tout comme je l’ai fait avec ton père. 

Je te souhaite de me ressembler, mais d’être infiniment meilleure. D’avoir ma  joie de vivre, ma créativité et mon côté fonceur tout en ayant l’esprit analytique, l’humilité et le calme de ton père. Tu verras au fil du temps, tes parents sont très différents, mais se complètent parfaitement. Parfois, sans doute, tu joueras sur nos faiblesses, mais sache que nous sommes une équipe et tenterons de le demeurer pour t’élever au mieux de nos capacités. Ce sera sans doute frustrant, mais dis-toi que nous prendrons chaque décision pour toi avec amour. Nous t’aimons tellement ma fille. Tu étais aimée avant même d’être conçue. 

À l’écriture de cette lettre, j’en suis à tout juste 39 semaines de grossesses. 39 merveilleuses semaines où j’ai pu te sentir bouger et te voir grandir. 39 semaines d’anxiété entremêlée d’espoir que tu te développes correctement. 39 semaines de luxe de pouvoir te faire grandir en moi. D’ici une semaine, en théorie, je te tiendrai dans mes bras. J’ai tellement hâte, mais j’ai tellement peur. Cela dit, avec ton père à mes côtés, je sais que tout va bien aller. Arrive quand tu veux ma chérie, nous t’attendons. 

Ta maman, 

img_6118

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s