Pensées et Réflexions

Je suis superficielle.

Capture

Je suis superficielle. Voilà. C’est dit. En fait, j’ai toujours su que j’étais exigeante envers moi-même. Malgré le fait que je m’efforce à ne pas juger un livre par sa couverture, je constate à quel point je le fais. Je préfère, comme la plupart des gens, allez vers ce que je connais. Vers l’esthétiquement beau. Vers ce qui brille et qui a de la valeur. Cependant, une blessure au visage causé par mon petit chat m’a confronté à la dure réalité : je ne peux pas toujours me cacher derrière mon maquillage haut de gamme  et mes bijoux en or rose pour faire bonne impression.

Samedi dernier, mon petit Changi a perdu pied dans l’exécution d’un saut tout sauf périlleux entre la table du salon et le sofa. Résultat : il s’est retenu à l’aide de mon visage.

Sur le coup, j’ai eu mal. À bien y penser, la douleur a persisté durant plusieurs heures. Cependant, la blessure la plus grave a été à mon égo. Celle-là me gruge encore de l’intérieur. Je me suis donc questionné à savoir pourquoi j’étais si affligée par le fait d’avoir une égratignure au visage, qui sans l’ombre d’un doute aura disparu dans quelques semaines. La réponse est simple : je mets énormément d’emphase sur mon visage dans l’intention de cacher mon sentiment d’imposteur qui vient et va depuis mon entrée en poste comme cadre. Lorsque je me maquille, je me convaincs que j’ai un look plus professionnel. Lorsque je  me maquille, je me convaincs que j’attire les regards sur mon visage plutôt que sur mes défauts corporels. Lorsque je me maquille, je me donne la confiance qui me manque parfois pour affronter les parents peu collaborateurs qui commentent mon jeune âge lors d’une rencontre comme si cela était une insulte plutôt qu’une fierté d’avoir un poste aussi important à 30 ans. Bref, l’égratignure m’a forcé à piler sur mon orgueil et à travailler ma confiance en moi puisqu’il est hors de question que je m’absente du bureau pour cela (mais j’avoue avoir considéré la chose). Évidemment, si j’écris un article aujourd’hui c’est que j’en suis ressortie inspirée.

Alors aujourd’hui, je veux te dire quelque chose. Si jamais tu te regardes dans le miroir et que tu es insatisfaite de ce que tu vois, sache que tu as tout en toi pour réussir des grandes choses. Sache que l’âge n’est qu’un chiffre. Sache que la vie est parsemée de petits défis, mais que de grandes choses se retrouvent de l’autre côté de ceux-ci. Sache que dans la vie, tu n’as pas à répondre à qui que ce soit autre que toi-même. Sache que l’atteinte de tes rêves et de tes objectifs est influencée par chaque petite décision que tu prends. Le succès n’arrive pas par magie, il se gagne. Chose certaine, il n’est pas le résultat d’un compte VIB Rouge chez Sephora et de la quinzaine de minutes passée chaque matin à mettre en valeur ton visage. Ta force de caractère, ton dynamisme, ta maturité émotive, tes petites qualités et tes pires défauts font de toi la personne que tu es.  Fais en sorte que ta beauté intérieure ne soit pas dépendante de ton apparence physique. Aie confiance en ta compétence lorsque tu es en pyjama. Prends du temps pour toi chaque jour et mets par écrit toutes les choses pour lesquelles tu es reconnaissante. Choisis les gens de ton entourage pour leur capacité à te faire avancer et non pas parce qu’ils font partie de la clique populaire. La vie est trop courte pour se sentir misérable en raison d’un bouton, d’un chandail du Wal-Mart ou d’une égratignure. Sois cette personne que tu aurais aimé avoir comme modèle plus jeune. Tu ne peux pas te tromper.

En ce moment, je suis installée sur une banquette au Starbucks et je bois mon latte au lait écrémé, les cheveux hors du visage et ma blessure bien en vue. Est-ce que je suis totalement à l’aise? Non. Par contre, j’ai fait le choix de me centrer sur mes forces et sur ma connaissance de moi-même pour justifier le fait que les regards interrogateurs des gens ne pouvaient pas m’affecter. De toute façon, tout le monde est tellement concentré sur son téléphone ou son portable que je me fonds dans le décor. Je suis qui je suis. Cicatrice mortifiante ou pas.

À bientôt!

fillebio

Advertisements

4 réflexions sur “Je suis superficielle.

  1. Il n’y a rien de mal à vouloir avoir l’air belle et à être attiré par le beau. La société a fait en sorte que cela se passe de cette manière depuis des décennies. Mais je comprends ton point de vue. Quand quelque chose nous « marque » la face, c’est malaisant, bien que ça ne devrait pas l’être. Bisous, bisous!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s