Indonésie·voyage

Bali : un paradis mouvementé

Depuis que j’ai vu Julia Roberts retrouver sa paix intérieure dans Mange, prie, aime, je souhaitais aller à Bali. Après tout, l’île indonésienne semblait si paisible, remplie de culture et l’endroit tout indiqué pour faire le point sur ma vie en contemplant les couchers de soleil qu’elle offre chaque soir. De plus, avec ses montagnes, son surf et toutes les activités qu’elle propose, je croyais manquer de temps dans les 5 jours que nous avions initialement prévu de passer là-bas. Je m’imaginais déjà sur mon scooter à observer les paysages avec mon appareil autour du cou. Disons simplement que la réalité fut déroutante, mais tout aussi charmante. Bali est en effet un petit paradis sur Terre, mais elle n’est pas aussi paisible et apaisante que ce que vous vendent les films et les agences touristiques.

 

Un départ coûteux

Dès notre arrivée, nous avons été confronté au fait qu’à minuit et demi le soir, les taxis de l’aéroport vont te faire payer un prix exhorbitant pour t’amener jusqu’à l’hotel car ils savent que tu n’as pas d’autres options. Après une escale de 11 heures à KL, un vol retardé de 1h30 et un transport aérien de 4h15, disons que je rêvais à mon petit lit à l’auberge. Je me suis obstinée avec le service officiel de taxis, mais voyant que ça menait strictement à rien, je me suis résignée. Nous avons donc payé plus que trois fois le prix pour notre transport. Si jamais vous visiter Bali, soyez avisé que la nuit la police regarde moins ce qu’il se fait au niveau touristique. Le jour et le soir,  la compagnie Bluebird est la plus fiable et utilise des compteurs électroniques.

Chauffeur privé
Ce que l’on nous dit pas suffisamment à propos de Bali, est que son trafic est mille fois plus intense que celui de Montréal. Chaque jour, les routes balinaises prennent la vie d’une personne et blessent en moyenne deux autres de ses utilisateurs. Les voitures sont beaucoup trop nombreuses pour la capacité des routes et la signalisation déficiente n’aide certainement pas la situation.

Après une tentative de déplacement en scooter peu concluante, nous devions trouver une alternative. De plus, comme nous avions seulement trois jours à passer sur l’île, nous voulions en profiter au maximum. C’est pourquoi nous avons engagé un chauffeur privé pour nous amener aux lieux inaccessibles à la marche. Négociable selon la durée et la distance parcourue, le tarif pour 5 heures est d’environ 350 000 IDE (35$ US). Nous avons pris le même chauffeur les deux jours où nous avons quitté le centre-ville. Sa voiture était propre, il était courtois et il était très fier de nous faire entendre son remix de  « My Heart Will Go On » lorsqu’il a appris que nous étions canadiens. Le seul point négatif est qu’il nous l’a fait entendre au moins 10 fois de suite.

Temple Uluwatu

Nous avons eu la chance de visiter une vingtaine de temples lors de notre passage en Asie, mais le temple Uluwatu est sans aucun doute le plus marquant. Situé au bord d’une falaise et offrant une vue époustouflante sur la mer et son coucher de soleil, le temple héberge également des dizaines de singes qui sont très territoriaux (j’ai été attaquée par une de ces petites bêtes).Cela dit, il est impossible de visiter l’intérieur du lieu sacré, mais la vue vaut le détour.


Mesdames, veuillez éviter de mentionner si vous avez vos règles lors de votre visite puisque vous ne pourrez entrer si c’est le cas.

Café


J’ignore si c’est parce que je ne bois pas de café, mais je ne m’étais jamais questionné à savoir d’où le café provient. Par contre, lors de notre journée à Ubud, nous avons eu la chance de visiter une rizière et d’en apprendre plus sur la provenance du café le plus dispendieux au monde : le  kopi luwak. Ce dernier se vend jusqu’à 600$ US la livre! Vous croyez qu’il pousse dans un arbre en or? Et bien non! Il est le résultat d’un changement chimique qui s’opère lorsque la civette, l’animal sur qui la production repose, mange le grain et le digère.

IMG_6933
La graine retrouvée dans ses excréments est ensuite « épluchée », rôtie et moulue pour être consommée. Fascinant quand même!

IMG_6935
Nous avons donc goûté à ce riche café ainsi qu’à une palette de dégustation en contemplant l’horizon. Très paisible et agréable comme moment. Malgré que je ne sois pas une adepte de café, j’ai pu apprécier les variétés et les saveurs qui nous étaient proposées.

IMG_6934

Danse traditionnelle 

IMG_6924C’est lors de notre passage au temple Uluwatu que nous avons pu observer un spectacle de danse traditionnelle. Accompagnés par un chœur de soixante-dix hommes, les danseurs présentent 7 actes entièrement en mouvement. D’une durée de 60 minutes, le spectacle est quelque peu redondant, mais constitue une immersion incomparable dans la culture balinaise.

Turtle beach

 

Nous avons décidé de visiter Turtle Beach lorsque notre chauffeur nous a mentionné que nous pourrions y arrêter en chemin pour le temple. Une fois sur place, nous avons réalisé que c’était un piège à touristes : vous payez 80$ US pour vous rendre à l’île et on vous demande 2$ supplémentaires une fois sur place afin de nourrir les animaux. Je vous avoue que la petite fille en moi regrette encore d’avoir encouragé ce commerce. C’est excitant de pouvoir tenir des tortues de mer et des oiseaux exotiques dans ses mains. C’est un peu moins excitant lorsque tu les vois dans de minuscules bassins ou enchaînés. Le plus troublant est l’enclos à tortues où une trentaine de tortue s’emboîtent en espérant manger le peu d’algues que les touristes leur donnent. J’ai tout de même tenter de profiter du moment et j’ai accepté de prendre l’ensemble des animaux présents.




La plage 

 La plage de Bali est d’un bleu royal comme on en voit peu dans le sud-est de l’Asie. Cela dit, elle est achalandée et remplie de locaux qui souhaitent faire du profit en vendant des lunettes et des bijoux à petit prix alors il est important de bien choisir son emplacement afin de pouvoir relaxer. Aussi important : négocier le prix et la durée  de la location des chaises longues. Nous avons loué deux chaises pour une durée de trois heures pour l’équivalent de 5$ chacune alors que certains kiosques demandaient 10$ pour une heure. Autre petit truc : trouvez un endroit loin d’une école de surf (à moins que vous aimiez entendre des gens grogner en faisant des pushups dans le sable à vos côtés).

Les australiens

Bali est à moins de 5 heures de vol de plusieurs frontières australiennes et c’est l’endroit tout indiqué pour les « Roos » qui veulent des vacances à bas prix. En effet, vous constaterez si jamais vous la visitez que l’île regorge de bars et de restaurants qui appartiennent à des australiens. Notre escapade à Bali nous a permis d’en rencontrer quelques-uns et d’échanger avec eux. Par contre, soyez avertis : peu importe leur âge, ils font la fête comme s’il n’y avait pas de lendemain. Entre leur accent adorable et leur consommation d’alcool, il est parfois difficile de comprendre ce qu’ils disent mais chose assurée : vous aurez du plaisir. Je vous conseille le « Roo Bar » situé sur Jelan Legian. Un groupe de musiciens saura vous divertir et vous serez acclamés comme des rois dès votre arrivée.

Attentats 

Bali a été le lieu d’attentats terroristes en 2002 qui ont pris 202 vies, dont celles de 88 australiens, en plus de blesser 209 autres personnes. Organisés par un groupe islamiste qui voulaient se venger du support apporté par les australiens envers les États-Unis dans la guerre contre le terrorisme, une première bombe, portée par un membre du groupe, a été déclenchée à l’intérieur d’une boîte de nuit populaire de Kuta, un « quartier » de Bali reconnu pour faire la fête. À la sortie de celle-ci se trouvait une fourgonnette programmée à exploser quelques minutes plus tard. Au même moment, une autre bombe visait le consulat américain. Une plaque commémorative se trouve à l’ancien emplacement du club qui a été la cible de ces attaques. Nous l’avons découverte par hasard, parmi les dizaines de clubs branchés qui attirent les touristes en quête d’adrénaline, et avons été extrêmement touchés par cette portion d’histoire.

UbudIMG_6928

Notre journée à Ubud nous a permis de visiter différents lieux d’artisanat. De la peinture aux bijoux , en passant par le textile, nous avons pu observer les locaux à l’œuvre.

Commentaires finaux…

Notre temps à Bali fut court, mais enrichissant. Il nous a permis de découvrir un peuple chaleureux et de contempler l’un des plus beaux coucher de soleil du monde. Bien que le côté paisible et spirituel que je souhaitais tant avoir n’était pas au rendez-vous, Bali m’a appris à apprécier le code routier nord-américain tout en me forçant à développer ma patience. Par-dessus tout j’ai appris la leçon suivante : je ne suis pas fait pour conduire un scooter ;).

À bientôt!

signature

Advertisements

Une réflexion sur “Bali : un paradis mouvementé

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s